Búsqueda cabezona

lunes, 8 de junio de 2015

FFF - FFF (1996)

Artista: FFF
Álbum: FFF
Año: 1996
Género: Rock / Funk
Duración: 54:11
Nacionalidad: Francia


Lista de Temas:
1. On ne badine pas avec la morte
2. Barbès

3. Mauvais Garçon
4. Le pire et le meilleur
5. Morphée
6. Act Up
7. Le muscle magique
8. Niggalize It !!!
9. Un jour
10. Laisser aller
11. Knock You Down

Alineación:
- Marco Prince / Voz
- Nicolas "Niktus" Baby / Bajo, samples

- Philippe Niel aka Félix / Teclados
- Krichou Montieux / Batería
- Yarol Poupaud / Guitarra

La FFF ─abreviación de Fédération Française de Fonck─ son los Red Hot Chili Peppers de la bella Francia: una banda energética basada en la riqueza rítmica del funk clásico (más cerca de Parliament/Funkadelic que de Steely Dan) y extendida hacia el rap con ciertos momentos casi psicodélicos y la fusión afrocaribeña. La maestría instrumental de sus integrantes le permite alcanzar un estilo sólido, preciso y ágil que se mueve entre la agresividad y la velocidad de ritmos cercanos al metal funk (como en "Barbès", "Mauvais garçon" y "Niggalize It !!!") y la suavidad de un soul limpio y lento ("Le muscle magique", sobre el corazón, el músculo mágico). Esta vena suave llega a su máximo en "Un jour", una balada basada en un riff simple de guitarra eléctrica sin efectos, decorada con sonoridades electrónicas, en la que poco a poco va ingresando la sección instrumental completa.


Su forma de pensar, o como diría el sociólogo, su planteamiento ideológico, aparece con toda claridad en algunos de los temas, como en el juego de palabras "Niggalize It !!!", que aborda al mismo tiempo la legalización de la mariguana y el reconocimiento de las minorías afro y afrocaribeñas que conforman un porción tan importante de la Francia multiétnica. Tal reunión de causas sociales tiene sus orígenes en el ska y el reggae con los que arrancó el famoso world music a principios de los 80, y es a esa forma de psicodelia étnica a la que puede adscribirse el pensamiento de la FFF. Hay en las canciones crónica de la vida dura de los chicos de la calle ("Mauvais garçon"); reflexión sobre el sueño en acercamiento surrealista ("Morphée"), con uno de los trabajos más complejos desde el punto de vista armónico; pensamiento orientado a la aceptación del propio yo (autoestima) en "Act Up" (en inglés).

La mayoría de los temas están cantados en francés, pero hay un par de ellos en inglés, probablemente porque desde su arranque la banda confía en su posibilidad de cruzar las fronteras de Francia (su primer disco se grabó en Nueva York, y el segundo es casi totalmente en inglés). No es raro, en general en Europa, que bandas no angloparlantes adopten el idioma que ya no es tanto de Shakespeare como del mercado global; ya desde los arranques de Le Orme y PFM los europeos continentales cantan en inglés y es indudable que eso les abre puertas, no solo del mercado angloamericano sino del global pues el inglés es segunda lengua de millonarias legiones alrededor del globo.


El acrónimo FFF que les da nombre quizá no fuera la mejor opción: es también la sigla de la Federación Francesa de Futbol (y de un montón de otras organizaciones), pero, ya que estamos en las curiosidades de un nombre, como antecedente también hay que mencionar el tema "FFF" ("Fairwell Fairweather Friend") de Public Image Limited (Album, 1986), un tema duro, casi de regreso al punk (por cierto, es notable que en ese disco la banda de Lydon integraba nada menos que a Steve Vai, que pocos años antes todavía tocaba con Zappa, y Ryuichi Sakamoto, polifacético músico japonés que ha trabajado con artistas de todo el mundo, desde Morelenbaum y David Sylvian hasta Señor Coconut y Fennesz).Y hay más triples F por ahí, pero eso no es lo importante acá, sino la estupenda música de este grupo francés.

Desde el inicio del disco ("On ne badine pas avec la mort") nos encontramos con un bajo de notable virtuosismo, algunos drones digitales y una guitarra rítmica brillante, como debe ser en el buen funk, apoyada por una batería discreta con mucho juego de tarola que nos indica que el ritmo se sostiene en conjunto y no solamente desde las percusiones. Algunos temas tienen estas características pero además un manejo de la armonía que está más allá de lo común en el funk en general: cambios fuera de las correspondencias tradicionales y coros en progresiones de acordes que suben gracias al uso de la distrorsión en la guitarra. Los puentes instrumentales siguen contando con voces improvisativas y solos rítmicos bien plantados. En algunos pasajes se puede apreciar con claridad un Hammond que apuntala la sensación psicodélica que tienen algunos temas, lo cual también se logra con algunos interesantes arreglos corales.

Una estupenda banda francesa formada en 1987, con este disco, su tercero, de 1996, probablemente el mejor de los cuatro que edtaron. Como menciona el artículo de Wikipedia que copio a continuación, hay una razón por la cual escriben "Fonck" en lugar de funk: definen su su música como una fusión de funk y rock. Ustedes perdonarán los textos en francés de abajo, pero es que en inglés y español no hay mucho escrito sobre esta banda.


El grupo fue creado en 1987. Durante un decenio tocó con una inmensa energía y un gran talento musical hasta volver una referencia en Francia. El grupo rompió finalmente en el 2000 después una carrera musical intensa.
Si su nombre deja pensar en un grupo de funk, FFF es sobre todo un grupo de rock que mezcla también a este tipo de música otros estilos: funk, música africana, etc. Mucho ritmo y una real búsqueda musical.
Su técnica no tiene errores, desde el primer CD se puede disfrutar con los solos de los distintos músicos, sobre todo guitarra, saxofón y bajo. El cantante posee también una voz negra muy bonita y fuerte.
Wikipedia

Standing for Fédération Française de Funk (French Funk Federation), FFF was formed in Paris in 1987 around Marco Prince (vocals), Yarol (guitar), Niktus (bass), Krichou (drums), Felix (keyboards), and former Marquis de Sade bandmember Philippe Herpin (saxophone). Capable of amazing on-stage firepower, they were the only band to hit the big time among the early-'90s Parisian funk scene. Their first album, 1991's Blast Culture, featured a driving blend of funky rhythms and close-to-metal rock influences, and was effective enough to draw attention from George Clinton and Spike Lee themselves, the latter of whom directed their semi-hit "Marco"'s video. After the following tour, FFF went back to recording for the release of 1993's Free for Fever album. At the end of the Free for Fever tour, FFF began to lose focus, many of its members exploring new directions, so that they had lost a little bit of the public interest by the time of the release of their 1996 self-titled album. Its hit single, "Barbès," didn't hit hard enough to attract as much attention as before, and neither did "Alice" from their 2000 album Vierge.
Olivier Duboc (Allmusic)

Fédération française de fonck (ou FFF) est un groupe français dont la musique mélange différents styles, principalement le funk et rock.En 1987, Marco Prince (chant), Yarol Poupaud (guitare) et Nicolas "Niktus" Baby (basse) se rencontrent et forment FFF (Fédération française de fonk). En 1990, ils se font remarquer aux Transmusicales de Rennes par le chroniqueur, Philippe Conrath. Dans les semaines suivantes, ils signent sur le label Epic, filiale de Sony. En 1991 ils sortent leur premier album Blast Culture enregistré à New York. En 1993, FFF livre un second album, Free For Fever, en grande partie en anglais. Mars 1996, nouvel album éponyme. FFF remporte la victoire de la musique du meilleur concert 1997 pour son Olympia. Un album live Vivants, enregistré au Eurockéennes de Belfort, sort en 1997. En 1999, ils signent chez V2 Records, un sous label de Virgin. Le 29 janvier 2000, ils font leur grand retour sur scène au Stade de France. En mars 2000, sort Vierge. Le groupe se sépare en 2001. En juillet 2007, FFF a débarqué aux Solidays dans sa formation initiale (à l'exception de Philippe Herpin) pour offrir le meilleur d’un répertoire qui a marqué les années 1990. Le groupe se reforme le temps d'un concert prévu le 15 octobre 2013 pour le Secours Populaire au Bus Palladium, puis annonce une tournée en 2014, le 14 mars à L'étage à Rennes, le 15 mars à La Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand, le 19 mars à l'Aéronef de Lille, le 20 mars à La Laiterie à Strasbourg, le 26 mars à La Cigale à Paris, le 27 mars au Bataclan à Paris, le 07 juin au Jardin Du Michel à Bulligny, le 29 juin à Solidays à Paris, le 12 juillet 2014 à Musilac à Aix-les-Bains, le 18 juillet au festival de Poupet à St Malo du Bois et le 19 juillet 2014 au festival Crazy Week !!! de Nice. Le 20 novembre 2014 FFF assure la première partie de Shaka Ponk au Palais Omnisports de Paris Bercy.
Wikipedia

Ce sont les Transmusicales de Rennes qui en 1989 mettent le feu aux poudres. Après ce show, Fédération Française de Fonck (FFF) est contacté par tous ceux qui comptent dans le métier. Ils ont notamment tapé dans l’œil de Philippe Conrath, journaliste à Libération et feu Actuel mais aussi patron du label Cobalt. Comme par enchantement, ils signent quelques semaines plus tard chez Epic de Sony. Et c’est à New York qu’ils enregistrent leur premier album sous la houlette de Bill Laswell, bassiste funk et producteur de renom. Mais aux dires du groupe, la démo était bien mieux que le résultat final… qui lui-même est extraordinaire ! Il faut dire que le groupe livre un album digne de la concurrence qui se nomme alors Living Colour, Red Hot Chili Pepper ou encore Fishbone. Les tournées s’enchaînent qui les conduisent en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et en Afrique. On les retrouve même en première partie de George Clinton, le roi du Funk. Le deuxième opus est mis en boîte à Londres en 1993 sans Philippe Herpin qui vient de quitter le groupe. Le troisième LP est produit par FFF et enregistré à Paris. Les tournées se poursuivent notamment en Asie. En 1997, le live marque la fin d’une période qui se traduit par le départ d’Epic. V2, label de l’ex Virgin Richard Branson, les signe. Mais le cœur n’y est plus. L’album « Vierge » ne rencontre pas son public malgré quelques bons morceaux comme « Le mauvais fils » ou la reprise de « Fame» de David Bowie. Cet opus marque la fin de l’histoire. Une histoire qui retiendra FFF comme une formation réussissant à marier sensibilité française et production américaine. A moins qu’elle ne retienne une reformation puisque l’on a pu (re)voir le groupe au Festival Solydays en 2007. Fin 2013, les FFF sont à nouveau sur la route ! A suivre…
Rock Made in France

Au commencement, deux musiciens fondaient la Fédération Française de Fonck (le terme souligne la rencontre entre le funk et le rock). Marco Prince, chanteur et compositeur, élevé à la soul, et Nicolas Baby (alias Niktub), bassiste, commencent vers la fin des années 80 à jouer du jazz rock. Marco Prince (chant) et Nicolas "Niktus" Baby (basse) jouent ensemble en banlieue parisienne. Ils sont rejoints en 1987 par Yarold Poupaud à la guitare, Krichou Montieux à la batterie, Félix au clavier et Philippe Herpin au saxophone. FFF est né. En 1990, ils se font remarquer aux Transmusicales de Rennes par le chroniqueur, Philippe Conrath. Dans les semaines suivantes, ils signent sur le label Epic, filiale de Sony. En 1991 ils sortent leur premier album Blast Culture enregistré à New York aux Etats-Unis. FFF se produit non seulement en France mais aussi aux Etats-Unis, au Japon, au Canada et en Afrique. La formation fait même la première partie de George Clinton, le roi de la funk. En mars 1991, après avoir envoyé une maquette de quelques titres à plusieurs producteurs, FFF attire l'attention de Bill Laswell, pilier de la scène new-yorkaise qui jouit dans les cercles professionnels d'une réputation de "tyran clairvoyant". Il faut attendre octobre pour voir arriver chez les disquaires le premier album du groupe intitulé "Blast Culture". Si le groupe se reconnaît dans la "Sainte-Trinité" James Brown/George Clinton/Sly Stone, il se retrouve également dans le vigoureux métissage rock et funk des groupes américains Living Colour, Red Hot Chili Pepper et autres Fishbone. On note dans ce disque une reprise de Serge Gainsbourg, "Requiem pour un con", et un remix de leur premier simple, "New funk generation" orchestré par George Clinton, le roi du funk US. L'album a été auparavant largement rôdé et répété lors de 250 concerts en Europe, en Amérique du nord et au Japon. Ils assurent la première partie des concerts de George Clinton, décidément très présent dans leur univers. Leur participation aux festivals rock de Glastonburry en Angleterre, ou de Roskilde au Danemark, les placent d'emblée dans les hautes sphères de la scène européenne. En 1993, FFF livre un second album, entièrement en anglais. Enregistré en Angleterre, les treize titres du disque sont fortement influencés par le rock américain version Faith no more. Le saxophoniste, Philippe Herpin, quitte le groupe à ce moment-là. Mars 1996, nouvel album éponyme. Eux-mêmes producteurs cette fois, les FFF enregistrent à Paris. Ils démontrent alors clairement qu'ils maîtrisent désormais ce style funky syncopé et métallique. Là-dessus, Marco, le chanteur, balance d'une voix charmeuse des textes en français (à nouveau), égrenant des thèmes d'actualité tels la drogue, le sida, le racisme, mais aussi le sexe et l'amour, thèmes éternels… "On ne badine pas avec la mort", c'est l'histoire d'un type qui va faire le test HIV, "Barbès" décrit comme son nom l'indique, un quartier "populaire" de Paris. Est ce que Marco Prince est un "Mauvais Garçon" ? Peut-être, en tout cas il est capable du "Pire et du Meilleur". FFF remporte la victoire de la musique du meilleur concert 1997 pour son Olympia. Après ce troisième album, FFF disparaît un peu de l'actualité. Un album live, "Vivants", sort en 1997. C'est leur dernière collaboration avec Sony Epic. Après leur départ de chez Sony, ils restent sans maison de disques pendant une longue période. Ils ne cessent pas leurs activités pour autant et continuent de tourner jusqu'en Asie où ils donnent une série de concerts en mai 98. Java, Thaïlande, Hong Kong, leur passage asiatique remporte un succès certain. En 1999, ils signent chez V2, un sous label de Virgin. Ils peuvent alors se lancer dans la confection d'un nouveau CD. Avant ça, c'est le 29 janvier 2000 qu'ils font leur grand retour sur scène au stade de France pour un championnat de Snowboard. En mars 2000, sort "Vierges", nouvel album, nouvelle vie du quatuor funk. Allégé de leur clavier, Félix, parti chez les Rita Mitsouko, le groupe a monté une association qui œuvre dans des domaines variés tel l'audiovisuel ou le management. Le groupe, emmené par Marco Prince, a décidé également de changer de lieu de répétition, contraint de quitter feu l’Hôpital Éphémère, tombé sous les pelleteuses des promoteurs, pour une ancienne fabrique de loukoums du 18e arrondissement de Paris où ils viennent d’installer un studio d’enregistrement. "Le fait que les équipements de studios soient maintenant plus abordables nous a aidés à concrétiser ce rêve", assurent-ils. FFF espère ainsi repartir sur de nouvelles bases. "Vierges" est un album qui s’écarte du funk festif pour laisser place à une approche musicale plus réfléchie. Cela ne manquera pas de dérouter les fans de la première heure : "Nous avons une réelle envie de surprendre", expliquent les musiciens. Quatorze nouvelles chansons forment l’album, toutes écrites par Marco Prince, à l’exception de "Fame", reprise de David Bowie. Résultat, un disque plus mélodique mais moins dansant avec notamment "Alice". Malheureusement FFF semble mort depuis, Marco Prince a depuis fait quelques apparition au cinéma (Le Boulet), a composé la musique du film "Le Pharmacien de Garde" et sera normalement bientôt jury dans "nouvelle star" sur M6. FFF s'est temprairement reformé pour le festival à Solidays en juillet 2009 dans sa formation initiale pour offrir le meilleur d’un répertoire qui a marqué les années 90. Ce groupe aura bercé mon adolescence et ma vie de jeune adulte, les albums "FFF" et "Alice" sont parmis mes albums favoris, mon expression favorite et d’ailleurs : "capable du meilleur comme du pire mais pour le pire je suis le meilleur".
Radiohern

FFF se décline à l'infini. Au commencement des aventures de la tribu, deux musiciens fondaient la Fédération française de Fonck (le terme souligne la rencontre entre le funk et le rock). Marco Prince, chanteur et compositeur, élevé à la soul, et Nicolas Baby (alias Niktub), bassiste, commencent vers la fin des années 80 à jouer du jazz rock. En septembre 1990, le groupe trouve sa composition définitive. Outre les deux membres fondateurs, on trouve Krichou, batteur antillais, qui professe le plus grand respect pour Dédé Saint-Prix, percussioniste martiniquais. Puis Yarol Poupaud à la guitare, et Philippe Herpin dit Pinpin, ex-membre du groupe Marquis de Sade, au saxophone. C'est aux Transmusicales de Rennes, en 1990, que le groupe est remarqué par le chroniqueur, Philippe Conrath. Dans les semaines suivantes, ils signent sur le label Epic, filiale de Sony. En mars 1991, après avoir envoyé une maquette de quelques titres à plusieurs producteurs, FFF attire l'attention de Bill Laswell, pilier de la scène new-yorkaise qui jouit dans les cercles professionnels d'une réputation de "tyran clairvoyant". Clinton Il faut attendre octobre pour voir arriver chez les disquaires le premier album du groupe intitulé "Blast Culture". Si le groupe se reconnaît dans la "Sainte-Trinité" James Brown/George Clinton/Sly Stone, il se retrouve également dans le vigoureux métissage rock et funk des groupes américains Living Colour, Red Hot Chili Pepper et autres Fishbone. On note dans ce disque une reprise de Serge Gainsbourg, "Requiem pour un c…", et un remix de leur premier simple, "New funk generation" orchestré par George Clinton, le roi du funk US. L'album a été auparavant largement rôdé et répété lors de 250 concerts en Europe, en Amérique du nord et au Japon. Ils assurent la première partie des concerts de George Clinton, décidément très présent dans leur univers. Leur participation aux festivals rock de Glastonburry en Angleterre, ou de Roskilde au Danemark, les placent d'emblée dans les hautes sphères de la scène européenne. En 1993, FFF livre un second album, entièrement en anglais. Enregistré en Angleterre, les treize titres du disque sont fortement influencés par le rock américain version Faith no more. Le saxophoniste, Philippe Herpin, quitte le groupe à ce moment-là. Mars 1996, nouvel album éponyme. Eux-mêmes producteurs cette fois, les FFF enregistrent à Paris. Ils démontrent alors clairement qu'ils maîtrisent désormais ce style funky syncopé et métallique. Là-dessus, Marco, le chanteur, balance d'une voix charmeuse des textes en français (à nouveau), égrenant des thèmes d'actualité tels la drogue, le sida, le racisme, mais aussi le sexe et l'amour, thèmes éternels… Pause et parenthèse Après ce troisième album, FFF disparaît un peu de l'actualité. Un album live, "Vivants", sort en 1997. C'est leur dernière collaboration avec Sony Epic. Après leur départ de chez Sony, ils restent sans maison de disques pendant une longue période. Ils ne cessent pas leurs activités pour autant et continuent de tourner jusqu'en Asie où ils donnent une série de concerts en mai 98. Java, Thaïlande, Hong Kong, leur passage asiatique remporte un succès certain. En 1999, ils signent chez V2, un sous label de Virgin. Ils peuvent alors se lancer dans la confection d'un nouveau CD. Avant ça, c'est le 29 janvier qu'ils font leur grand retour sur scène au stade de France pour un championnat de Snowboard. En mars, sort "Vierges", nouvel album, nouvelle vie du quatuor funk. Allégé de leur clavier, Félix, parti convoler avec les Rita Mitsouko, le groupe a monté une association qui œuvre dans des domaines variés tel l'audiovisuel ou le management. Ils ont pour cela élu domicile dans une ancienne usine de loukoum dans un quartier populaire de Paris. Mais pour l'instant, c'est sur les planches que FFF refait surface au grand bonheur de son public. Ils donnent quelques concerts en mai dont deux à la Réunion. Mais c'est à l'automne que le groupe entame une tournée à travers la France avec un passage au Zénith le 2 novembre. Ce groupe, capable du meilleur en studio, mais aussi sur scène, où ils déchargent avec force leur musique, s'est approprié le funk, rythme afro-américain par excellence, tout en conservant leur spécificité hexagonale.
 RFI Musique

Algunos videos: 








3 comentarios:

  1. DL: flac + no log + cue + scans
    http://pastebin.com/Adzai2af

    ResponderEliminar
    Respuestas
    1. muchas gracias, esta banda es rebuena, tengo su discografía, pero que bueno poder ahora tenerla en calidad flac, lo máximo amigo!!

      Eliminar

Lo más visitado en el mes

Aclaración...

Este espacio se reserva el derecho de publicar sobre cualquier tema que parezca interesante a su staff, no solamente referidos a la cuestión musical sino también a lo político y social.
Si no estás de acuerdo con lo expresado podrás dejar tu comentario siempre que no sea ofensivo, discriminador o violento...

Y no te confundas, no nos interesa la piratería, lo nuestro es simplemente desobediencia civil y resistencia cultural a favor del libre acceso al conocimiento (nuestra música es, entre otras tantas cosas, conocimiento).